0 4 minutes 1 semaine

Le pêcheur de 46 ans, El Hadji Niang inculpé de viol, pédophilie sur sa fille de 13 ans a été condamné par la chambre criminelle du tribunal de grande instance de Mbour à 10 ans de réclusion criminelle. 
Le 17 juin 2021, son ex femme Diatou Faye avait déposé une plainte contre l’accusé pour viol sur leur fille de 9 ans.En effet, après leur divorce, Diatou Faye a envoyé sa fille chez son père pour qu’elle apprenne le coran.Jusqu’au jour où elle apprend que sa fille était malade. Informée de la situation, elle rapplique à Joal avant de déposer une plainte à la gendarmerie.
Lors de son face à face avec les gendarmes, El Hadji Niang avait reconnu avoir entretenu à plusieurs reprises des relations sexuelles avec sa fille. Il explique que cette dernière l’avait provoqué. 
Interrogé à la barre de la chambre criminelle, le pêcheur s’est braqué. Il n’a pas reconnu les faits. Il déclare que son ex femme mène une cabale contre lui après qu’ild ont divorcé. 
Sa fille qui est revenue sur les faits, explique à la Cour que c’est parce qu’elle ne pouvait plus supporter les assauts sexuels de son père, qu’elle s’en est ouverte à sa tante Khady Diokh. Et elle lui avait demandé de ne rien dire à personne. Tenaillée par d’atroces maux de ventre, elle en reparle à sa tante Aissatou Dia. Cette dernière amène la petite à l’hôpital pour qu’elle soit auscultée. 
La petite explique que son père aurait entretenu son dernier rapport avec elle le 11 juin 2021: « il m’a bâillonné la bouche avec un morceau de tissu et après il a abusé de moi ».
Le procureur d’expliquer à l’accusé : « le baiser qu’on fait pour sa fille, n’est pas le même que l’on fait pour sa femme. L’amour que l’on ressent pour sa femme n’est pas le même que l’on ressent pour sa fille ».
Même si la papa nie avoir entretenu des rapports sexuels avec sa fille, le médecin a constaté une perte de l’hymen et des rougeurs au niveau du sexe.
Et pour le procureur, de simples dénégations ne suffisent pas pour contester le viol.La culpabilité de El Hadji Niang qui même si après avoir reconnu les faits les a contestés, est établie.Mais l’accusé persiste avoir tenu ces propos devant les gendarmes à cause de la pression.
« C’est inacceptable entre un père et sa fille. Malgré ses dénégations, les examens gynécologiques corroborent avec les déclarations de la fille », explique le procureur. Qui a requis 15 ans de réclusion criminelle contre El Hadji Niang.
Mais pour l’avocat de l’accusé, on ne doit pas se fier exclusivement aux déclarations faites par un enfant.Des zones d’ombres subsistent et les éléments ne sont pas probantes, a défendu l’avocat qui a demandé la relaxe au bénéfice du doute de son client.
Finalement, la chambre criminelle a reconnu El Hadji Niang coupable des faits qui lui sont reprochés et l’a condamné à une réclusion criminelle de 10 ans.

Laisser un commentaire