0 5 minutes 2 mois

Dans le cadre des efforts visant à assurer un accès durable des populations d’Afrique de l’Ouest à l’énergie et à l’électricité propres, l’Union européenne, en partenariat avec la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), a lancé un programme de bourses pour construire la capacité des jeunes professionnels du secteur de l’énergie en Afrique de l’Ouest. 
L’Union européenne propose des diplômes de maîtrise entièrement financés dans une variété de cours sur l’énergie durable dans neuf universités spécialisées dans six pays d’Afrique de l’Ouest au profit d’étudiants très talentueux des États membres de la CEDEAO qui font carrière dans le secteur de l’énergie. Les neuf établissements d’enseignement supérieur (EES) comprennent : Obafemi Awolowo University (Nigeria), University of Ibadan (Nigeria), University of Nigeria Nsukka, Kwame Nkrumah University of Science and Technology (Ghana), École Polytechnique de Thiès (Sénégal), Université Cheikh Anta Diop (Sénégal), et Institut National Polytechnique Félix Houphouët-Boigny (Côte d’Ivoire), École Nationale Supérieure d’Ingénieurs Université de Lomé (Togo) et Universidade de Cabo Verde (Cap-Vert). Ces établissements supérieurs sont réputés pour leur cursus de qualité dans les domaines des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique.
L’opportunité est ouverte à tous les citoyens de la CEDEAO et de la Mauritanie titulaires d’un baccalauréat en génie électrique, en génie mécanique, en énergie et environnement (y compris les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique), en droit, en économie, en finance et en planification. Les candidats peuvent postuler dans l’une des neuf institutions de l’un des six pays et une attention particulière sera accordée aux candidatures féminines.
Au cours de leurs études, les boursiers sélectionnés mèneront des pertinentes et seront dotés des compétences techniques de haut niveau requises pour fonctionner en tant que spécialistes et perturber le secteur de l’énergie. Une opportunité de stage d’une durée de trois à six mois sera également accordée aux boursiers dans une entreprise d’énergie en Afrique, dans la zone Euro ou au Royaume-Uni. Les boursiers auront également accès à une plateforme de mentorat et d’anciens élèves pour leur offrir un soutien continu après le programme.
Selon une déclaration de Cecile Tassin-Pelzer, Chef de la Coopération, Délégation de l’Union européenne au Nigeria et en Afrique de l’Ouest, « Le développement du capital humain est le moyen et la Transition énergétique verte l’objectif. L’UE s’associe à la CEDEAO pour poursuivre leur aspiration commune. C’est le but de ce programme de bourses. »
Dans le même ordre d’idées, Dabire Bayaornibè, Directeur de l’Energie et des Mines, Commission de la CEDEAO, a ajouté que « L’approvisionnement en énergie durable, disponible et accessible à tous, est essentiel au développement de notre région. À cette fin, nous devons attirer les meilleures compétences du secteur de l’énergie pour contribuer à l’atteinte de cet objectif. »
Le British Council a été nommé partenaire de mise en œuvre de la bourse. S’exprimant sur ce développement, Lucy Pearson, directrice nationale du British Council Nigeria et responsable du cluster Afrique de l’Ouest, a déclaré : « Le British Council tirera parti de notre vaste expérience dans la gestion des bourses et des partenariats avec les établissements d’enseignement supérieur à travers l’Afrique subsaharienne pour assurer un programme et résultats réussis. Nous sommes particulièrement ravis que l’objectif global de l’UE pour ce programme complète le travail de longue date du British Council visant à renforcer le développement du capital humain en améliorant l’accès à une formation de haute qualité, le développement des compétences et l’employabilité des jeunes en Afrique de l’Ouest ».

Laisser un commentaire